Da Le Monde del 10/04/2006
Originale su http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-760032,0.html

L'Europe ouvre de nouvelles fenêtres sur Vénus

di Jérôme Fenoglio

Cinq mois à peine séparent la Terre de sa soeur qui a mal tourné. C'est le temps qu'a mis la sonde Venus Express, lancée le 9 novembre 2005, du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan), pour parvenir au point crucial de son insertion en orbite autour de Vénus, prévue mardi 11 avril. Ce bref voyage doit permettre à l'Europe de poser à son tour les questions auxquelles tant d'engins d'exploration soviétiques et américains ont tenté de répondre. Pourquoi deux astres de la même famille des planètes telluriques, que leur situation dans le système solaire et leur morphologie rapprochent encore, ont-ils à ce point été éloignés par l'existence ? Comment l'un a-t-il pu réunir les conditions nécessaires à l'émergence de la vie tandis que l'autre semblait voué à la damnation d'un milieu brûlant et irrespirable ?

Pour se livrer à cet exercice de planétologie comparée, l'Agence spatiale européenne (ESA) doit encore réussir son examen d'entrée sur Vénus. Mardi matin, au cours de manoeuvres qui ne tolèrent pas la moindre imprécision, Venus Express doit être freinée durant 50 minutes par son moteur principal, afin de se laisser capter par l'attraction de la planète. Si tout se passe bien lors de cette phase risquée, d'autres mises à feu des propulseurs permettront, au cours des semaines suivantes, de placer la sonde sur son orbite finale, polaire et très allongée. Début mai, Venus Express survolera au plus proche les régions du pôle Nord, à 250 km d'altitude. Puis elle s'éloignera pour observer, à l'apogée de son orbite, l'hémisphère Sud, à 66 000 km de distance. Un tour complet de la planète lui prendra vingt-quatre heures.

De son côté, Vénus ne s'offrira que très languissamment à la fouille des sept appareils d'observation embarqués. L'étoile du Berger ne boucle en effet un tour sur elle-même qu'en deux cent quarante-trois jours terrestres, dans un sens dit rétrograde (inverse des aiguilles d'une montre), peu commun dans le système solaire. Cette léthargie, toujours inexpliquée, a longtemps été dissimulée aux astronomes par l'hyperactivité de l'atmosphère, parcourue de vents qui peuvent dépasser les 400 km/h, et qui peut faire le tour du globe en quatre jours. Mais l'atmosphère ne déroute pas seulement l'observateur par cette super-rotation en trompe-l'oeil. Dense, opaque, elle voile la surface de la planète autant qu'elle y entretient une température intenable (465 °C) par effet de serre. Elle est ainsi à la fois le principal ressort du drame vénusien et le rideau qui le cache.

Pour se faire une idée de la scène, Soviétiques et Américains avaient usé de stratégies complémentaires. Les premiers avaient tenté de passer sous ce rideau avec les sondes Venera, dont certaines réussirent à envoyer des images du sol. Les seconds ont palpé les décors à tâtons, grâce à l'usage du radar. La sonde Magellan, dernier vaisseau à s'être placé en orbite autour de Vénus, a ainsi pu dresser, de 1990 à 1994, une cartographie complète de ses reliefs.

Les Européens, eux, ont choisi de se consacrer principalement à l'étude du rideau atmosphérique lui-même. Plusieurs appareils analyseront sa composition, ses interactions avec le vent solaire, ses nuages d'acide, ses tempêtes et leurs éventuels éclairs. Les scientifiques de Venus Express ne renonceront pas pour autant à profiter de tous les interstices pour couler un oeil jusqu'à la surface. Pour cela, ils savent que la chaleur et la nuit de Vénus peuvent être leurs alliées.

Au début des années 1980, deux astronomes ont montré que l'on pouvait apercevoir de la Terre le très intense rayonnement infrarouge de la planète, au moins sur sa face nocturne. Ces émissions de la surface et la basse atmosphère, en quelque sorte "chauffées au rouge", peuvent traverser le rideau de dioxyde de carbone à trois longueurs d'onde très précises. Lorsqu'elles ne sont pas obstruées par des nuages, ces "fenêtres" ouvrent sur les zones les plus profondes, et les plus méconnues, de Vénus. En 1990, le passage rapproché de la sonde Galileo, sur sa route vers Jupiter, avait confirmé ce fait en quelques clichés saisissants. "Nous étions alors à la fois excités par les possibilités que cela ouvrait et frustrés de ne pouvoir en profiter tout de suite", se souvient Pierre Drossart (Observatoire de Meudon), coresponsable du spectromètre Virtis, qui exploitera le phénomène. "La possibilité de mener enfin cette étude justifie à elle seule la mission de Venus Express", ajoute Jean-Loup Bertaux, du service d'aéronomie du CNRS, responsable de l'instrument Spicav.

En profitant des trous dans la couverture nuageuse, Virtis pourra établir une carte des températures de la surface. La comparaison avec celle des reliefs pourra faire apparaître d'éventuels "points chauds" qui trahiront peut-être la présence de volcans en éruption. Ces observations trancheraient ainsi les polémiques sur l'appartenance de la planète au club très fermé des astres à volcanisme actif. Avec d'autres, elles permettraient de mieux saisir le dévoiement de Vénus.

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

Dopo quindici anni torniamo a esplorare quel "mondo" alieno e inospitale eppure simile alla Terra
Venere, parte un nuovo safari sui segreti del pianeta gemello
La sonda europea con high tech italiano
di Claudia Di Giorgio su La Repubblica del 22/10/2005
Usa-Ue, la guerra dei telescopi giganti
Megaimpianto americano: ci vorrà uno stadio per contenerlo
di Giovanni Caprara su Corriere della Sera del 02/09/2005
Titano, suoni e silenzio in un deserto di ciottoli
La capsula Huygens trasmette il rumore del vento. Un mondo gelido e secco ma ora si cercano laghi di metano
di Giovanni Caprara su Corriere della Sera del 16/01/2005
 
Cos'� ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2019
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0