Da Le Monde del 30/06/2006
Originale su http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3218,36-790108@51-789499,0.html

L'opposition koweïtienne s'impose, mais aucune femme n'est élue

di Mouna Naïm

KOWEÏT - L'opposition a remporté haut la main les élections législatives anticipées organisées, jeudi 29 juin, au Koweït, selon les résultats définitifs publiés vendredi. L'alliance des islamistes et des libéraux, qui bénéficiait de 29 sièges au sein de l'ancienne Assemblée, sort renforcée du scrutin en remportant 35 des 50 sièges du nouveau Parlement. La part du lion revient aux courants islamistes, sunnites notamment. Aucune femme ne réussit à faire son entrée à l'Assemblée. Samedi, le gouvernement devait présenter sa démission. Une nouvelle équipe ministérielle reflétant l'équilibre des pouvoirs au sein de la nouvelle Assemblée doit être formée.

L'une des premières tâches de l'Assemblée élue devrait être la même que celle qui a entraîné la dissolution de la précédente : élaborer une nouvelle loi électorale qui, en réduisant le nombre des circonscriptions - 25 à l'heure actuelle -, limiterait la portée des liens d'allégeance personnelle entre les électeurs et les candidats et ferait du député un représentant du peuple, comptable de ses actes devant les citoyens.

La formule idéale serait, du point de vue des réformateurs, de faire de l'ensemble du pays une seule et même circonscription, ce qui, faute d'annihiler les allégeances tribales, confessionnelles et/ou régionales, limiterait considérablement leur impact. Entre les 25 circonscriptions et la circonscription unique, la solution médiane réclamée par les députés de l'ancienne opposition, qui fait un retour en force au Parlement, était le découpage en 5 circonscriptions. Le gouvernement en avait proposé 10. Par ailleurs, la campagne électorale a été conduite sur la base de slogans vagues - tels que la promesse d'introduire des réformes ou de lutter contre la corruption - et non de programmes d'action. Il restera à leur donner un contenu concret, dans un pays où il n'existe pas de véritables partis, mais des courants idéologiques représentés par des associations.

En définitive, le vote massif des femmes n'a donc pas bénéficié aux candidates. Pour leur première participation à des élections législatives, les Koweïtiennes ont visiblement préféré "voter utile", c'est-à-dire pour des candidats connus et correspondant plus ou moins à leur propre sensibilité politique ou à celle de leurs époux, pères ou frères. Leur poids n'en a pourtant pas moins été reconnu par les candidats puisque même ceux des anciens députés qui étaient hostiles à la reconnaissance de leurs droits politiques se sont résolus à leur témoigner de l'intérêt. Même les islamistes rigoristes ont mobilisé leur électorat féminin pour faire contrepoids aux libéraux.

Pour la première fois, certains candidats ont mené campagne accompagnés de leurs épouses. D'autres ont cru avoir trouvé une manière appropriée d'"acheter" les voix des électrices en leur proposant des sacs haute couture. Ils n'avaient pas prévu que quelques-unes iraient les dénoncer auprès de la Commission électorale, selon des informations de presse. Voilées ou non, le visage couvert ou les traits maquillés et les yeux abrités du soleil derrière des lunettes de grande marque, vêtues à l'occidentale ou portant l'abaya (longue robe) traditionnelle, jeunes et moins jeunes, les Koweïtiennes ont en tout cas afflué en très grand nombre dans les bureaux de vote qui leur étaient réservés.

Pour garantir la régularité du scrutin tout en respectant les convictions des plus rigoristes d'entre elles, qui refusent d'ôter le niqab (le voile qui leur couvre le visage) devant un homme, les autorités avaient chargé des fonctionnaires féminines de vérifier leur identité. Elles avaient déjà porté un intérêt très grand à la campagne électorale à l'occasion de laquelle elles avaient participé en masse, toutes appartenances et traditions confondues, aux rassemblements organisés tant par les candidates que par les candidats.

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

Parla la moglie di Abdullah II, inserita da "Time" tra le 100 persone più potenti del Pianeta
La regina Rania: "Così le donne cambieranno il mondo arabo"
Appello della sovrana giordana: "Aiutate la Palestina"
di Alix Van Buren su La Repubblica del 27/06/2006

News in archivio

Il ministro dell'Interno chiarisce che dovrà essere accettata da "tutti coloro che vorranno vivere stabilmente in Italia"
Islam: "La Carta dei valori non è soltanto per i musulmani"
Critiche all'Ucoii: "Mai detto che l'avremmo firmata oggi"
su La Repubblica del 03/10/2006
Non si placa l'indignazione per la citazione di Ratzinger contro Maometto. Il parlamento pakistano approva una mozione, convocato il nunzio apostolico
Cattolicesimo-islam: paesi musulmani contro Benedetto XVI "Papa ignorante, ritiri le frasi sull'Isla
Ma il neo-ministro degli Esteri della Santa Sede, Dominique Mamberti getta acqua sul fuoco: "Il dialogo con le grandi civiltà è una priorità"
su La Repubblica del 15/09/2006
 
Cos'è ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2017
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0