Da Libération del 07/02/2005
Originale su http://www.liberation.fr/page.php?Article=273719

Incertitudes sur le sort de Giuliana Sgrena en Irak

On ignore si le rapt de la journaliste italienne est crapuleux ou politique

di Eric Jozsef

Rome - Deux jours après l'enlèvement à Bagdad de Giuliana Sgrena, l'envoyée spéciale du quotidien Il Manifesto, les autorités italiennes étaient hier toujours sans nouvelles de la journaliste et n'étaient pas en mesure de déterminer avec certitude s'il s'agit d'une action terroriste ou d'une opération crapuleuse.

Revendication. «Pour le moment, la thèse d'un enlèvement au motif d'extorsion est considérée comme la plus probable mais elle ne nous convainc pas», a simplement indiqué la direction du journal. Samedi, la reporter du quotidien catholique Avvenire à Bagdad, Barbara Schivulli, a reçu un appel du portable de Giuliana Sgrena, mais personne ne s'est manifesté au bout du fil. Dimanche, un second message de revendication a été publié sur un site Internet proche d'Al-Qaeda. La mystérieuse «organisation de la Jihad dans le pays de Mésopotamie» y annonce la «mise en oeuvre du verdict divin contre la prisonnière italienne si le gouvernement du criminel Berlusconi n'annonce pas dans les quarante-huit heures le retrait des troupes italiennes d'Irak». Mais, comme pour le communiqué du groupe Jihad islamique, publié vendredi sur un autre site Internet et qui exigeait le départ des troupes italiennes d'Irak sous «soixante-douze heures», les responsables italiens doutent de l'authenticité de cette nouvelle revendication.

En attendant, après deux jours d'interrogatoires, la police irakienne a décidé hier de ne pas remettre en liberté le chauffeur de Giuliana Sgrena, qui était parvenu à s'enfuir avec l'interprète de la journaliste. Selon ce dernier, l'échange de coups de feu entre les ravisseurs et les gardes de l'université où la journaliste a été enlevée serait une «belle mise en scène». «Ils ont tous tiré en l'air et personne n'a été touché», a-t-il insisté.

«Amie de la paix». Samedi soir, le ministre des Affaires étrangères, Gianfranco Fini, a lancé un appel sur la télévision Al-Jezira : «Tout le peuple italien, et pas seulement le gouvernement, est engagé pour obtenir la libération de Giuliana Sgrena (...) C'est une amie de la paix et du peuple irakien.» Hier soir, les collègues de Giuliana Sgrena ont également transmis un message à travers Al-Jezira, dans lequel ils rappellent que le «Manifesto est un journal pacifiste qui a toujours critiqué durement la guerre préventive de Bush». Un peu plus tôt, le Conseil des oulémas sunnites avait aussi appelé à la libération de la reporter.

Faute de certitudes, les hypothèses les plus hasardeuses se font jour. L'eurodéputé et dirigeant altermondialiste Vittorio Agnoletto est allé jusqu'à avancer, en référence au reportage sur les réfugiés de Fallouja qu'effectuait Giuliana Sgrena au moment de son rapt : «Qui touche Fallouja est enlevé, d'abord la journaliste de Libération et maintenant Giuliana Sgrena.» Et d'insinuer : «Elles ont décrit les violences et les tortures pratiquées par les forces d'occupation, et cherchaient à enquêter sur ce qu'il s'est véritablement passé à Fallouja.»

Aujourd'hui, des manifestations de soutien à Giuliana Sgrena auront lieu à Naples et à Florence. Plusieurs initiatives de solidarité ont été organisées en Italie. Samedi soir, une retraite aux flambeaux s'est notamment conclue à Rome par une réunion publique, place du Capitole.

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

«Un rapitore parlava a stento l’italiano»
Il racconto ai pm: «Dicevano che ci avrebbero uccisi. Li abbiamo visti in faccia». Tracciati due identikit
C'è un mistero sull'ultimo messaggio spedito ad Al Jazeera. In alcuni fotogrammi sparito un messaggio a chi trattava
Una frase su un foglietto il giallo del video tagliato
E Palazzo Chigi si appropria del blitz dell'amico americano
Calipari, ultima trattativa sul dossier
Gli Usa: sui fatti poca distanza dagli italiani. Scontro sulle parole
di Carlo Bonini su La Repubblica del 16/04/2005

News in archivio

Il presidente Usa è tornato a chiedere poteri speciali per gli interrogatori della Cia
Terrorismo: Bush preme sul Congresso "Il nemico ci vuole attaccare ancora"
Sull'Iran: ''Non si può mantenere in una situazione di stallo i negoziati"
su La Repubblica del 15/09/2006
Africa: “Saremo noi il prossimo bersaglio del terrorismo?”
Si chiedono i dirigenti del continente a 5 anni dagli attentati dell'11 settembre
su Agenzia Fides del 11/09/2006
 
Cos'� ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2019
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0